Publié par Laisser un commentaire

Devenir artisan, c’est communiquer avec son âme d’enfant et ses responsabilités d’adulte.

Devenir artisan c’est accepter qu’en sortant de vos études, vous n’êtes qu’un poussin sortant de sa coquille : tout reste à faire, y compris l’expérience de ce métier relativement technique.

Après une première carrière en tant qu’ostéopathe, La Souris Chocolatière décide de se consacrer à l’artisanat. Pour cette chocolatière, c’est :

  • garder un métier manuel et conserver le contact humain en direct – primordial pour la souris.
  • perpétuer ce savoir faire artisanal et s’inspirer de nos aïeux
  • libérer sa créativité au travers de nouvelles recettes, produits et techniques
  • communiquer avec son âme d’enfant pour sortir de sa zone de confort et ne pas rester sur ses acquis
  • avoir le choix de dire oui ou non sur les partenariat avec ses clients car rappelons le, nous avons la clientèle qui nous ressemble. Il semble essentiel de faire certains réajustements et parfois de clôturer certaines collaborations. Dire non c’est avoir la liberté de dire oui à autre chose.
  • rester fidèle à ses valeurs en lien avec l’environnement, l’écologie, la qualité des matières premières

Passé la barrière de la formation diplômante et des démarches administratives pour s’officialiser, le démarrage de cette activité nécessite quelques exigences. Notamment la mise au norme d’un laboratoire de production, l’aspect technique avec l’investissement du matériel de production (moulages de tablettes, de bonbons de chocolat, de pâques, tempétueuse) et de matières premières qualitatives.

Vous l’aurez compris, choisir les produits de son artisan, c’est aussi garantir la pérennité de ces petites entreprises qui vivent aussi avec la saisonnalité où l’on consomme bien plus de chocolats en Hiver et au Printemps avec les fêtes diverses, qu’en plein mois de Juillet-Août. Les industriels représentent près de 80% du marché aujourd’hui, c’est à vous de faire votre choix. En achetant votre tablette chez l’artisan, c’est soutenir les indépendants et les métiers qui vont avec : les apprentis, les vendeurs en boutique, les designers des emballages, les webmaster et autre.

Quoi qu’il en soi, si vous avez la chance et l’opportunité d’échanger avec n’importe quel chocolatier, son métier le passionne tellement qu’il pourra vous en parler des heures et ainsi vous transmettre le goût de ce qui l’anime : le cacao !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *